Étude démographique sur la population brindasienne de 1752 à 1852

par Monique Mazella [1984]

Cette rubrique est une retranscription de l’ouvrage « Chronique Brindasienne », édité en 1984 par l’association du Vieux Brindas.

Voir également : la rubrique dédiée aux données démographiques

La compulsion des registres paroissiaux et la lecture de livres régionaux nous ont permis le tracé de 2 tableaux démographiques de Brindas sur une période de 100 ans (1752 à 1852).

Bien que peu parlants quelquefois, ces registres donnent tout de même des renseignements très utiles pour expliquer d’une façon sommaire, les chiffres relevés et également pour avoir un aperçu de la vie d’autrefois.

Famille brindasienne (environ 1900)

Les naissances

Les familles nombreuses ne sont pas exceptionnelles. Beaucoup d’enfants naissent, mais beaucoup meurent en bas âge. Il n’est pas rare de trouver dans un foyer un enfant né en début d’année, et un second à la fin de la même année.

Forte natalité qui atteint le maximum dans la décade de la Révolution.

Les guerres napoléoniennes entraînent une chute du nombre des naissances, de même que les crises économiques et agricoles survenues ces années-là. Ce n’est qu’après 1830 que la courbe redeviendra ascendante

Tableau démographique

Naissances, mariages, décès par périodes de 10 ans de 1752 à 1850
N : naissances – M : mariages – D : décès

Répartition des décès :

  1. Enfants nés à Brindas (0 à 16 ans)
  2. Enfants en nourrice
  3. Jeunes célibataires 16 à 25 ans : Garçons
  4. Jeunes célibataires 16 à 25 ans : Filles
  5. Adultes Hommes
  6. Adultes Femmes
PériodesNMD123456
1752 – 17602625225110956444038
1761 – 1770271452269352423639
1771 – 1780248382139932363736
1781 – 1790275572079424544040
1791 – 1800217541926733223949
1801 – 1810220521666915443539
1811 – 1820198791524911923744
1821 – 1830217692088310334564
1831 – 18402716621594155104447
1841 – 185026388239747447872

Enfants « exposés » ou trouvés à Brindas

Au XVIIIe siècle, l’enfant n’est pas toujours désiré lorsqu’il survient. Les abandons d’enfants sont nombreux, de même les naissances illégitimes.
Pour les jeunes ménages ne possédant aucune terre, et n’ayant aucun emploi fixe, vivant au jour le jour, l’enfant est une gêne pour trouver du travail et une bouche supplémentaire à nourrir.

La misère, les disettes, les famines poussaient certains parents à abandonner leur enfant avec l’espoir que celui-ci serait accueilli par une famille brindasienne un peu plus fortunée qu’eux.

L’infanticide est signalé par la mention « enterrement d’un enfant sans nom ».

Baptêmes d’enfants « exposés »

1. Au Plaisir
Le 18 septembre 1767,
Nous curé soussigné avons baptisé, sans condition, un enfant qu’on a dit être une fille, paressant être âgée d’environ cinq mois, le visage rond, le tin basané le front découvert et les yeux chatins, le nez camard, lequel enfant nous a été présenté de la part de M. Guigou secrétaire du roi, par Jean Murat et Benoîte Novion demeurant en condition chez le Sieur Guigou qui l’ont porté sur les fons batismaux lesquels nous ont déclaré avoir trouvé le d. enfant sur les deux heures après-midi le 17 du présent couché sur une petite paliasse ayant un corcet blanc, deux langes rouge et noir avec un mauvais bonnet à la tête, le tout exposé sur un banc de pierre plassé à côté de la grande porte d’entrée de la maison du Plaisir appartenant au dit Guigou dont et de tout nous avons dressé le présent acte de jour et an que dessus en présence de Nicolas Farge et Gaspard Berticat habitans qui ont signé avec le parrain et M. Guigou non la marraine pour ne savoir.

1. Sur un banc de pierre*
Le 17 septembre 1785, nous Curé de la paroisse de Brindas soussigné avons baptisé sous condition dans notre Eglise un enfant qui a été trouvé le matin exposé dans un bac de pierre situé à côté de la porte de la maison de Jacques Brun, boulanger, habitant au d. Brindas, nous étant transporté avant la cérémonie au dit lieu ou était exposé le dit enfant nous avons prié la femme de Jacques Brun de le prendre chez elle el d’en avoir soin jusques à ce qu’on ay pourvu et l’ayant refusé nous l’avons fait porter à la cure pour ne pas le laisser exposé à l’injure de l’air ou il avait passé la nuit et ou il aurait péri infailliblement faute de secours. Le dit enfant nous ayant aparu avoir été fait depuis peu de jours ayant le visage rond le front découvert le nez large et gros, la bouche petite et le menton pointu ayant sur son corps une mauvaise chemise en mauvais drap, une lange de serge jaune .. . ceint d’une mauvaise bande de toile; la tête couverte une beguine d’indienne rouge bordé d’une petite dentelle, une coiffe de tissu blanche et par-dessus un mauvais mouchoir rouge. L’ayant fait visiter par la femme sage de l’endroit pour reconnaître son sexe nous a dit que c’était un garçon auquel nous avons donné le nom de Joseph. Le parrain a été Joseph Barret, marchand colporteur habitant de Brindas, soussigné, la marraine Jeanne Lhopital notre domestique laquelle n’a signé pour ne le savoir faire.

De Castellas, Curé

* Rue du Vieux Bourg

Enfants en nourrice à Brindas

Au XVIIIe siècle, il existe une véritable « industrie » pour le placement des nourrissons urbains· dans les campagnes autour de Lyon. La mortalité de tous ces enfants est considérable d’autant que la plupart de ceux-ci arrivent généralement dans un état chétif.

À Brindas, la prise de nourrissons constituait une activité d’appoint (en dehors des ventes de vin) presque le seul apport d’argent dans de nombreuses familles paysannes.

Les enfants confiés aux « nourrices mercenaires » provenaient de la ville, de parents de toutes conditions, bourgeois, marchands.

Les registres paroissiaux ne nous renseignent que sur les décès nombreux et en très bas âge, de ces nourrissons inscrits sous la mention rencontrée presque à chaque page :

« Mort d’un enfant de Lyon »

avec l’indication de l’état des parents.

On y trouve des bourgeois, marchands de différentes professions et particulièrement ceux qui touchent à la soierie (fabricants, marchands en dorure, marchand satinaire, ouvrier en drap d’or et de soie) et également certains nobles, exemple: le Seigneur de Francheville ou le Général des Gabelles de la Généralité de Lyon.

Rares sont les parents qui viennent à Brindas pour assister aux funérailles de l’enfant qui n’est accompagné que par le nourricier.

En 1789 est créé à Lyon, un bureau des nourrices. Celui-ci est chargé de mettre fin au commerce des « messagers » de nourrices et d’enfants et de veiller à la non-contagiosité des nourrissons.

Ces mesures restrictives apportent immédiatement une amélioration.
Il est tenu compte de la solvabilité des familles et les maires, après enquête, devront fournir aux nourrices agréées un certificat établi en bonne et due forme.

Brindas fut l’une des communes de l’Ouest Lyonnais à accueillir de nombreux enfants urbains. Toutefois, il semble qu’au siècle dernier, les nourrices de Brindas aient été moins sollicitées. Il peut y avoir deux explications plausibles à cette diminution de demandes :

  • La bourgeoisie et les commerçants lyonnais n’envoient plus leurs
    nouveaux-nés à la campagne mais préfèrent faire venir les nourrices
    à domicile.
  • Le développement de l’artisanat, du commerce et surtout l’introduction
    du travail de la soie à domicile constitue un meilleur
    apport, une occupation de tous les membres de la famille aux
    périodes creuses du travail de la terre.

Les mariages

Ils se déroulent en principe tout au long de l’année. Dans le monde rural, cependant, certaines saisons, correspondant aux gros travaux agricoles sont généralement exclues. L’été est de ce fait évité pour ce genre de cérémonie. En principe, on attend que les durs labeurs soient terminés et les récoltes engrangées pour estimer le bénéfice réalisé et pouvoir, ainsi commencer ou poursuivre les transactions entre familles en vue du mariage qui se déroulera au cours des mois suivants.

Le remariage est chose habituelle. La femme meurt très souvent en couche. Le mari ne peut seul élever ses enfants souvent nombreux, et de plus, le travail de l’épouse est absolument nécessaire. Elle doit apporter sa main-d’oeuvre indispensable à la survie du foyer. C’est pourquoi, un veuf ne tardera pas à prendre une nouvelle épouse, quelquefois bien plus jeune que lui, qui lui donnera des enfants et avec eux, l’angoisse d’être à nouveau veuf.

À Brindas, sauf pour certaines périodes que nous préciserons par la suite, nous constatons que le nombre de mariages est réduit.

Nous savons que les mariages se faisaient dans un cercle très étroit; la plupart du temps entre Brindasiens mais parfois, on allait chercher l’époux ou l’épouse dans les paroisses les plus proches.

On notera également que la période révolutionnaire (1789-1790) a favorisé le nombre des unions.

Par ailleurs, les variations en nombre les plus caractéristiques sont liées aux conscriptions. Il en est ainsi pendant toutes ces périodes-là où l’appel aux Armées s’est traduit, pour y échapper, par une recrudescence du nombre des mariages.

Les Conscriptions

Celles de 1792-1793 (An II)

L’Assemblée législative proclame la Patrie en danger le Il juillet 1792. Elle ordonne une levée générale de volontaires et la mise en activité de tous les gardes nationaux.

Par Décret du 24-2-1793, la Convention Nationale fixe le mode de recrutement de l’Armée. Elle met en « réquisition permanente » tous les français de 18 à 40 ans. La levée est de 300.000 hommes (depuis avril 1792, la guerre sévit aux frontières Nord-Est de la France).

Brindas doit fournir 7 hommes, pris parmi les célibataires et veufs sans enfants de la commune.

Le 18 mars 1793, la Municipalité met, pendant 3 jours, à la disposition des citoyens brindasiens, un registre afin que 7 volontaires viennent s’inscrire de leur plein gré.

Le 20 mars au soir, le registre est toujours vide : aucune inscription n’a été faite. La Municipalité procède alors au dénombrement des citoyens qui sont en « réquisition permanente » les invite ‘à se présenter à la séance ayant lieu sur la place publique, pour enrôlement volontaire ou tirage au sort (les propriétaires s’engagent à dédommager ceux qui partiront).

Le 21 mars 1793, personne ne s’étant présenté, la Municipalité dresse immédiatement un procès verbal contre 12 hommes de la commune ayant refusé toute rencontre préalable et tirage au sort, avant l’enrôlement et les proclame : déserteurs.

Le 24 mars 1793, 7 volontaires sont enfin trouvés. 2 sont brindasiens, les 5 autres ne le sont pas, travaillent à Lyon. Brindas pousse un « ouf » de soulagement, les hommes sont là. Leurs noms sont immédiatement couchés sur registre.

Les 5 premiers inscrits recevront chacun une somme de 700 livres, les 2 derniers (les brindasiens) ne recevront que 800 livres pour eux deux. La Municipalité avancera l’argent et aura bien des difficultés à se faire rembourser le montant du « contingent d’imposition » par certains propriétaires réticents.

Mais revenons à nos douze brindasiens qui ont refusé de prendre les armes, leurs noms sont connus. Ils seront amnistiés 8 ans après par la loi du 24 floréal An X .et autorisés à regagner leurs foyers.

Les Conscriptions suivantes : celles de 1799 (An VIII) – 1803-1813

Pour Brindas, comme d’ailleurs pour la plupart des communes de l’Ouest Lyonnais, les années 1793 – 1799 – 1803 – 1813 ont été des années à forts recrutements d’hommes pour l’armée.

La loi du 3 Vendémiaire (24-9-1798) suivie de celle d’avril 1799 ordonnent à nouveau une levée de 200.000 hommes.

« À défaut de volontaires, le sort désignera les recrues, qui auront cinq jours pour se trouver des remplaçants s’ils le désirent… et s’ils le peuvent. » *

* Chaponost en Lyonnais – Joseph Jomand

La pratique du remplacement (supprimée pendant quelques années) a été rétablie. Mais, pour certains, les tarifs sont beaucoup trop élevés pour qu’ils puissent se payer un remplaçant.

Alors, deux échappatoires possibles s’offrent à nouveau à ceux qui ne veulent pas s’enrôler dans l’armée :

  • déserter,
  • se marier.

Nous constatons à Brindas des mariages plus nombreux :

  • en 1799 : 12 mariages,
  • 1803 : 10 mariages,
  • et particulièrement en 1813 : 16 mariages.

La guerre est meurtrière en 1812, de nombreux parents incitent leurs fils à se marier pour éviter de partir à l’Armée.

En 1814, les hommes mariés n’étant plus exempts d’Armée, on assiste subitement à une régression de la nuptialité (3 mariages seulement à Brindas).

Mais en 1815, Napoléon est de retour de l’Ile d’Elbe. Avec lui, la reprise des guerres. Le nombre de mariages s’accroît, bien que l’exemption de service n’existe plus . Réflexe de défense qui montre que l’information arrive mal dans les communes rurales.

Les décès

Au XVIIIe siècle, les campagnes manquent de médecins. La vie est dure. La famille n’appelle le praticien local qu’au dernier moment, par pauvreté, méfiance ou quelquefois par avarice. Celui qui se présentera sera soit un chirurgien-barbier, soit une mégère ou un charlatan. Les compétences « médicales » de ces gens-là, de même que celles de certains accoucheurs ou « femmes sages » au moment des accouchements laissent à désirer. Les mères n’ont aucune notion de puériculture, d’hygiène même élémentaire. Aussi beaucoup d’entre elles meurent en couche ainsi que leurs nouveaux-nés.

La mort frappe donc dès le premier âge. Le nouveau-né offre peu de résistance au froid, et l’on constate de nombreux décès dans les premiers jours de la naissance.

La mortalité infantile est importante, accentuée encore certaines années par les hivers rigoureux (hiver 1819-1820 : le sol est gelé à 3tfcm de profondeur), par les disettes, les famines et également par les étés chauds. Les fortes chaleurs des mois de juillet et août provoquent souvent chez les jeunes enfants des entérites ou toxicoses dues à la corruption estivale des aliments, du lait et de l’eau.

On peut donc dire que la sélection s’opère dès les premières années. Les enfants qui arrivent à passer le cap de la première année, puis celui de la quinzième année vivent ensuite normalement.

L’introduction du travail à domicile dans les campagnes, plus particulièrement à Brindas a favorisé une recrudescence de la mortalité, spécialement dans les familles de veloutiers.

L’enfant du veloutier est étendu sur le sol humide, sous le métier. Il a la charge de tirer et tendre les fils pendant que son père fait battre le métier. Mais à ce dur travail dès l’âge de 7 à 8 ans, il en meurt fréquemment.
Un autre enfant de la famille prendra immédiatement, sous le métier, la place de celui décédé.

Pour les adultes aussi, le travail est pénible. La femme du veloutier est très souvent enceinte. Malgré son état, et malgré son épuisement, elle travaillera jusqu’à l’accouchement. Nombreuses, seront celles qui mourront en couche ou qui mettront au monde des enfants « sans vie ».

Compte tenu de la mortalité infantile et de l’aide indispensable que doivent fournir les jeunes gens, on constate une forte natalité, mais celle-ci est délibérée.

En ce qui concerne les personnes âgées, très sensibles aux intempéries, elles vont surtout mourir pendant l’hiver. Le moindre refroidissement emporte ces organismes usés qui travaillent jusqu’à l’épuisement. Chacun doit apporter (malgré son âge) sa part de travail dans la famille.

La proximité de Lyon et surtout les propriétés et qualités des eaux de l’Yzeron ont contribué à développer dans notre localité, l’établissement de nombreux blanchisseurs qui vont être la cause involontaire de graves épidémies et de nombreux décès.

Une partie de la bourgeoisie lyonnaise, des hôtels, des hôpitaux et des casernes ont pris l’habitude de donner à Craponne et à Brindas leurs linges à laver.

Mais ce linge sale, parfait vecteur de germes, va transmettre et faire progresser rapidement des épidémies de typhoïde, de dyssenterie. Plus tard, c’est le linge souillé des militaires revenus de Civita Vecchia en Italie, qui diffusera une épidémie de choléra.

Si l’on consulte à nouveau le tableau, on peut en déduire que la mortalité dans notre commune s’explique assez bien en fonction des calamités agricoles, économiques et épidémiques du moment.

Toutefois, il est deux années : 1760 (48 décès) et 1775 (47 décès) dont le nombre des décès reste encore inexpliqué !

Après l’évocation des différentes causes de mortalité à Brindas, que l’on peut supposer être les principales, il en est encore une qu’il ne faut pas omettre bien que peu importante dans notre commune, mais ô combien glorieuse, celle des brindasiens tombés au Champs d’Honneur ou emportés par des fièvres contractées lors des Campagnes Napoléoniennes (décès en Espagne, Italie, Russie).

Certificat de décès de Jacques Marignier, en Russie
Certificat de décès de Jacques Marignier, en Russie
Certificat de décès d'Antoine Morellon soldat français décédé à Asti-en-Piédmont le 9 avril 1814
Certificat de décès d’Antoine Morellon soldat français décédé à Asti-en-Piédmont le 9 avril 1814

Morts des armées révolutionnaires (avant 1800)

  • Sur le champ de bataille :
    • Etienne BRUN
    • François CHAMSON
    • François DELORME
  • Aux frontières ou dans les hospices militaires, des suites des misères de la guerre :
    • Etienne BONJOUR
    • Guillaume CHAMBON
    • Antoine CHAZOTTIER dit PLANT
    • Barthélemy COLLOMB
    • Gérard CREYTON
    • Jean-Marie JUTTET
    • Antoine MATHIEUX

Morts des armées napoléoniennes

  • Jacques CAZOT, Valladolid (Espagne)
  • Catherin GROS, armée d’Espagne
  • Alexande GOUDARD, armée d’Espagne
  • Jacques MARIGNIER, campagne de Russie
  • Antoine MORELLON, Asti-en-Piedmont (Italie)
  • Joseph VIAL, armée d’Espagne

Liste incomplète …

Morts de la guerre de 1870

  • Jean BENOIT, à Strasbourg
  • Blaise BERTHAUD, à Valenciennes
  • Jean-Claude BOYRIVENT, à Alençon
  • Jean-Benoît GUINAMARD, à Borny
  • Jean-Baptiste LACAM, à Château-Gontier
  • Jean-Antoine MARIGNIER, à Beaune