Fourvière Ouest Lyonnais (FOL)

Présentation et historique du Fourvière Ouest Lyonnais (FOL)

La gare basse emblématique du FOL à LYON - Saint-Jean au pied du funiculaire de Saint-Just vers 1910 (Le siège de la Compagnie du Chemin de Fer de Fourvière et de l'Ouest Lyonnais (FOL) était situé dans cet immeuble, 4 rue du Doyenné)

La commune de BRINDAS a été desservie par une ligne de chemin de fer de 1887 à 1933. Ce train reliait Lyon – Saint-Just à Mornant en passant par Brindas d’une part et Lyon-Saint-Just à Vaugneray d’autre part (Branche qui a été en service de 1886 à 1954).

Depuis la disparition de cette ligne de chemin de fer en 1954, de nombreuses voix se sont fait entendre pour exiger sa réouverture ou, à défaut, sa transformation en chemin de fer touristique. Pendant de nombreuses années, alors que les possibilités techniques existaient cela n’a pas été fait car allant à l’encontre de la vision de l’époque.

Comme pour la plupart des personnes, et notamment chez les décideurs, les voies ferrées locales étaient des signes d’archaïsme, il paraissait saugrenu d’envisager de réouvrir un itinéraire tel que celui créé par le FOL. Certaines des emprises ont alors été petit à petit grignotées par l’urbanisation, l’ancienne plate-forme de la voie ferrée  très bien conservée par endroits a malheureusement été coupée ici ou là par des constructions.

Mais la plupart des petites gares typiques construites par le FOL avec leurs petites fenêtres voûtées de briques, les maçonneries et tunnels construits en pierre jaune des Monts d’Or, les piles des anciens viaducs sont encore là, sous nos yeux… Les gares sont devenues des résidences privées, les anciennes constructions sont peu à peu démolies, surtout en zone urbaine (Viaduc de la Demi-Lune démoli récemment près du parking de l’horloge…).

Nous nous efforçons à travers ce site de faire revivre cette ligne de chemin de fer à travers témoignages, cartes postales anciennes, archives, photographies des éléments toujours existants de nos jours.

Il est difficile de vouloir dissocier l’histoire de la ligne de notre Chemin de Fer de l’Ouest Lyonnais du contexte des transports à cette époque car les intervenants, les compagnies, le matériel utilisé et les opérateurs financiers ont souvent été les mêmes à travers plusieurs compagnies successives et ainsi, nous sommes pratiquement obligés de lier l’histoire de notre chemin de fer à celle des premiers funiculaires et tramways de l’ouest lyonnais: Saint-Jean à Saint-Just, Saint-Jean à Fourvière, Sainte-Foy-lès-Lyon à Saint-Just, Francheville à Saint-Just…

 En lisant la chronologie des évènements, chacun comprendra que tout était imbriqué car le projet de la ligne du chemin de fer de l’Ouest Lyonnais qui a desservi notre commune de Brindas a été la conséquence logique du développement du premier funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just… Le FOL a d’ailleurs géré et tenté de coordonner toutes ces lignes à un moment donné de notre histoire des transports avant de passer le relais à l’OTL puis aux TCL actuels.

Il faut essayer de se transporter au début du XXème siècle pour imaginer le mode de vie des premiers utilisateurs de notre fameux chemin de fer.

Lorsque nous  observons attentivement la vue de la gare basse de Lyon Saint-Jean, nous constatons que le transport du fret dans le centre ville au début du siècle dernier se faisait essentiellement à l’aide de charrettes à bras ou de chars tirés par des chevaux. L’ambiance n’était en fait guère différente de ce que l’on pouvait observer par exemple à la gare de Saint-Laurent-d’Agny située en pleine campagne où les attelages se pressaient aux abords de la gare pour transporter voyageurs et marchandises au bourg voisin de Taluyers…

Contrairement à notre époque actuelle où pratiquement chaque famille dispose d’un véhicule automobile (sinon plus), les transports à cette époque correspondaient à un besoin vital pour  le transport des objets lourds et encombrants, le ravitaillement, l’écoulement des productions de nos contrées. Les remorques et wagons du FOL puis de l’OTL comportaient des fourgons à bagages de bonne importance.

Notre train a eu une importance essentielle au départ pour le transport du fret et bien sûr des voyageurs à une époque où les routes étaient en mauvais état et les transports routiers limités aux « attelages à grelots ». N’oublions pas non plus les « trains de plaisir » des week-end qui permettaient aux Lyonnais de monter dans nos campagnes et nos coteaux, ramasser les champignons, aller à la pêche. Les témoignages recueillis plus loin dans ce document sont très évocateurs des diverses utilités de la ligne de l’Ouest Lyonnais.

Bien sûr, les temps ont changé, la route, les autobus ont remplacé le train puis le tramway. La plate-forme de notre train a été envahie par les arbres et les herbes ou bien a disparu avec l’urbanisation. L’ancienne petite gare de la Demi-Lune au n°15 de l’avenue de Lauterbourg à Tassin est le symbole de cette évolution : jadis isolée au milieu des voies ferrées et de la campagne environnante, elle est aujourd’hui cernée par les immeubles modernes…

Marc DANIEL – Le Vieux BRINDAS

NB – L’usage est d’utiliser  le sigle « le FOL » pour évoquer la ligne de chemin de fer et « la FOL » est parfois utilisée pour évoquer la Compagnie elle-même. Nous avons ici utilisé systématiquement le masculin tout au long de ce dossier…

2 réflexions au sujet de « Fourvière Ouest Lyonnais (FOL) »

  1. Bonjour,

    Je cherche de informations concernant la gare HALTE DES MASSUES sur le F.O.L
    et je trouve votre site le mieux conçu de tous.
    Pourriez-vous m’aider et me dire à quelle date la maison de la GARE HALTE DES MASSUES a été détruite ; bien après l’arrêt de la ligne
    Je vous en remercie infiniment par avance et vous prie de croire à l’assurance de mes cordiales salutations. Josette FROLON.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*