Chronologie

Chronologie des Chemins de Fer de l’Ouest Lyonnais

  • 1852 – Claude BOURGET, ingénieur civil, auteur des « Plans Inclinés de LYON – Saint-Just et Croix-Rousse » et excellent technicien: il détient un des brevets du « Franchiss-Anglès », dénomination très british, du chemin de fer à traction par câble, fonde avec deux associés la Compagnie du Chemin de Fer de Lyon à la Croix-Rousse.
  • 1859 – Claude BOURGET et ses associés se font évincer de la Compagnie du Chemin de Fer de Lyon à la Croix-Rousse par un groupe concurrent plus fortuné et semble-t-il plus influent politiquement. Ce groupe présente un projet similaire utilisant le brevet « Molinos et Pronnier ».
  • 1867 – Claude BOURGET, ayant voulu s’associer avec un certain Monsieur CHARBONNEAU pour obtenir la concession sur le funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just s’est vu notifier un refus par le Conseil Général du Rhône…
  • 1871 – Quatre ans plus tard, le même Claude BOURGET parvient à s’associer à des entrepreneurs de travaux publics belges, les frères Hector et Émile RICHE. Le 22 novembre 1871, le Conseil Général du Rhône leur accorde enfin la concession sur le funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just.
  • 1872 – Le traité de concession est promulgué le 15 décembre 1872 par Adolphe THIERS, Président de la République.
  • 1872 – Claude BOURGET établit l’avant-projet d’une ligne de chemin de fer concernant un tracé allant de Lyon-Saint-Just jusqu’à Rive de Gier (La Magdeleine). La ligne initialement prévue devait passer par Sainte-Foy-lès-Lyon, Francheville, Chaponost, Brindas… Il s’agissait d’un projet de voie ferrée à écartement normal et à double voie. Ce projet dont le financement s’avéra peu fiable fut refusé par les autorités administratives et tomba quelque temps dans l’oubli.
  • 1872 – Lettre de Claude BOURGET au Maire de BRINDAS en date du 2 août – Demande de cession d’un terrain pour la gare centrale: TEXTE
  • 1873 – La concession du funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just est cédée le 25 janvier 1873 à la « Société Anonyme du Chemin de fer de Lyon à Fourvière et à Saint-Just » créée dans cette perspective dès le 20 janvier 1873.
  • 1875 – Travaux de construction du funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just sous la direction de Monsieur François GRIVET, ingénieur civil et architecte-adjoint chargé des travaux à la ville de LYON, travaux destinés à établir l’assiette de la voie presque entièrement en tunnel et relier l’Archevêché (Saint-Jean) au sommet de la rue des Farges (Saint-Just) sur une longueur totale de 842 mètres et un dénivelé de 97,62 m. Il était prévu une station intermédiaire pour desservir le quartier des Minimes (et Fourvière), avec obligation que la plate-forme de la voie ne soit pas trop éloignée de la surface, ce qui conduisit automatiquement à prévoir deux pentes différentes : l’une de 18 % pour la première partie de Saint-Jean aux Minimes, d’une élévation de 72,53 m, et l’autre de 9 % des Minimes à Saint-Just d’une élévation de 25,09 m.
  • 1876 – La « Société Anonyme du Chemin de fer de Lyon à Fourvière et à Saint-Just » est reprise par la « Compagnie du chemin de fer de Lyon à Saint-Just » le 25 juillet 1876.
  • 1878 – Le funiculaire est inauguré le 14 juillet 1878 et est ouvert au public le 8 août 1878.
  • 1879 – Le 23 mai 1879, Monsieur DEVOS, ingénieur civil à Lyon, adresse à la Préfecture du Rhône une demande de concession d’un chemin de fer d’intérêt local reprenant pratiquement le tracé du projet « BOURGET » de 1872.
  • 1879 – Le projet « DEVOS » est contré le 9 août 1879 par la « Compagnie du Chemin de Fer de Lyon à Saint-Just » qui demande au Conseil Général la concession pour un projet plus modeste (et donc plus « politique ») de train rural à simple voie métrique entre la gare de Saint-Just (où arrive le funiculaire « la ficelle ») et Mornant et Vaugneray. Le projet « BOURGET » a été fortement modifié avec un tracé différent: la ligne définitive passera finalement par Champvert, La Demi-Lune, Tassin, l’Étoile d’Alaï, Francheville Bel-Air, Craponne, Grézieu la Varenne, Brindas, Messimy, Soucieu en Jarrest, Orliénas, Saint-Laurent d’Agny et s’arrêtera à Mornant. A l’embranchement du Tupinier à la sortie de Craponne (Commune de Grézieu la Varenne), la ligne continuera jusqu’à Vaugneray.
  • 1880 – Le 10 septembre 1880, le Conseil Général du Rhône donne un avis favorable à cette Compagnie pour la concession. Notre ligne de chemin de fer est en gestation. C’est le point de départ des voies ferrées de l’Ouest Lyonnais et l’embryon de la future compagnie du FOL.
  • 1880 – Le 28 décembre 1880 a lieu une Assemblée Générale des actionnaires qui approuve une convention passée entre le Conseil d’Administration de la Compagnie et le Préfet du Rhône portant sur la concession d’un Chemin de Fer d’Intérêt Local long de 31 km, à voie métrique, reliant Lyon-Saint-Just à Vaugneray et à Mornant.
  • 1882 – La construction de cette ligne est déclarée d’utilité publique le 21 août 1882. L’exploitation en est confiée à la « Compagnie du Chemin de Fer de Lyon à Fourvière et Saint-Just »
  • 1883 – Le tracé définitif de la ligne de l’Ouest Lyonnais et l’emplacement des stations sont entérinés lors des Assemblées Générales des 13 avril 1883 et 12 septembre 1883.
  • 1883 – La « Compagnie du chemin de fer de Fourvière et de l’Ouest Lyonnais (FOL) » est créée en remplacement de la « Compagnie du Chemin de Fer de Lyon à Fourvière et Saint-Just » par les actionnaires le 23 novembre 1883 avec une augmentation de capital. Cette société installe son siège au n° 4, avenue du Doyenné dans les locaux de la gare basse du funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just. La légalisation aura lieu en 1886. Le but commun à toutes ces compagnies qui se sont succédé depuis le projet initial de Claude BOURGET, était d’apporter un surplus de voyageurs à la gare de Saint-Just afin d’amplifier le trafic existant sur le funiculaire. Par la suite, nous constaterons que des tramways en provenance de Sainte-Foy-lès-Lyon et Francheville viendront apporter un surplus de voyageurs, ce qui posera à terme des problèmes de rupture de charge et d’attente pour les voyageurs en gare de Saint-Just…
  • 1884 – Les travaux débutent en avril 1884 et se poursuivront jusqu’au printemps 1886.
  • 1885 – Le 31 mars 1885, une réunion extraordinaire a lieu en mairie de Brindas: TEXTE
  • 1885 – Le 19 octobre 1885, une réunion publique est organisée en mairie de Brindas: TEXTE
  • 1886 – La création de la « Compagnie du chemin de fer de Fourvière et de l’Ouest Lyonnais (FOL) » est officialisée par l’administration le 14 janvier 1886.
  • 1886 – La compagnie Fives-Lille procède à la livraison de quatre locomotives à vapeur spécifiques, les 4 premiers modèles du type 031T – modèle 95 de 25 à 32 tonnes (6 roues motrices et 2 roues porteuses sous la cabine) sont utilisés sur les lignes du FOL. Les trois premières seront livrées le 6 avril 1886: n°1 « VAUGNERAY » – n°2 « MORNANT » et n°3 « CRAPONNE ». La 4ème sera livrée le 14 novembre 1886: n°4 « RHÔNE ». Ce type de locomotives sera utilisé sur les Chemins de Fer Corses notamment.
  • 1886 – Le 19 avril 1886, la ligne de chemin de fer métrique à vapeur est mise en service de Lyon-Saint-Just à Vaugneray en passant par Champvert, Tassin la Demi-Lune, Etoile d’Alaï, Francheville Bel Air, Craponne, Grézieu Le Tupinier, Grézieu la Varenne (village), la Chanconche (Vaugneray), et Vaugneray gare (Maison Blanche). (Lorsque le train sera transformé plus tard sur cette ligne en tramway suburbain, celui-ci poursuivra jusqu’à Vaugneray centre ville en circulant tout simplement sur la chaussée d’accès au bourg… Ce tronçon de la ligne fonctionnera jusqu’en 1954.)
  • 1886 – Le 1er juillet 1886, une halte est ajoutée après réclamations au quartier de La Tourette (Craponne)
  • 1887 – Le 25 janvier 1887 a lieu l’ouverture de la section « Le Tupinier – Messimy » (Le Tupinier – La Pillardière – Brindas – Messimy).
  • 1887 – Le 27 janvier 1887, La compagnie Fives-Lille procède à la livraison de la 5ème locomotive à vapeur de type 031T : n°5 « LOIRE » (Cette locomotive sera renumérotée n°4 en janvier 1900 après la vente de la n°4 – RHÔNE au Chemin de Fer de La Mure)
  • 1887 – Le 11 juillet 1887, la ligne de chemin de fer est prolongée de Messimy à Mornant en passant par Soucieu en Jarrest, Orliénas (environs), et Saint-Laurent d’Agny (gare desservant aussi Taluyers). La ligne est est longue de 33 km. Ce chemin de fer renforce efficacement le trafic de voyageurs du funiculaire existant.
  • 1891 – Monsieur GUINANT demande et obtient du Conseil Général du Rhône la concession de la première ligne de tramway électrique de la région entre le village de Sainte-Foy-lès-Lyon et la gare de Saint-Just (Avenue Valioud actuelle puis Nationale 7 des Trois Artichauts à Saint-Just).
  • 1891 – Le 21 octobre 1891, un accident survint entre Grézieu-le Tupinier et Brindas-La Pillardière. A la suite de pluies diluviennes, une partie du remblai s’effondra entraînant la voie avec lui. Le train n°3 comprenant la locomotive n°2 « MORNANT » et trois voitures de voyageurs plongea dans le trou béant. Le chauffeur et le mécanicien trouvèrent la mort, la première voiture s’étant abattue sur l’arrière de la locomotive où ils se trouvaient…
  • 1892 – Lire les commentaires écrits cette année par un écrivain-reporter de l’époque dans son ouvrage « Aux environs de Lyon ». Extraits: Commentaires de Monsieur JOSSE en 1892
  • 1892 – La compagnie Fives-Lille procède à la livraison de la 6ème locomotive à vapeur de type 031T : n°6 « CROIX-ROUSSE ». (Cette locomotive sera vendue en janvier 1900 au Chemin de Fer de La Mure)
  • 1893 – La Compagnie du Tramway de Sainte-Foy-lès-Lyon (T.S.F.), modeste entreprise a été le pionnier de la traction électrique sur les voies ferrées de la région lyonnaise, la ligne de tramway de Sainte-Foy (ligne 29 TCL actuelle) créée le 2 juillet 1893 avait une largeur de voie de 75 cm !!! Cette ligne est mise en service le 14 juin 1893. La TSF, compagnie aux finances fragiles demande une concession directe sur Lyon par la montée de Choulans (N7) ce qui ne sera fait en fait que plus tard, après le rachat de la TSF par le FOL…
  • 1895 – Une liaison de 2 km est réalisée entre les gares de la Demi-Lune (F.O.L.) et d’Ecully (P.L.M.)en vue de permettre l’échange direct de marchandises avec les grands réseaux.
  • 1895 – Le FOL obtient une concession pour un 2ème funiculaire entre Saint-Jean et Fourvière.(Après le refus des autorités du creusement d’un tunnel entre les Minîmes et Fourvière – heureusement pour les vestiges actuels des théâtres romains)
  • 1898 – Le FOL rachète en juin 1898 la Compagnie du Tramway de Sainte-Foy-lès-Lyon (T.S.F.) en difficultés financières. Le FOL ouvre ensuite le 30 octobre 1898 une nouvelle ligne de tramway sur le parcours Saint-Just – Francheville le bas, à voie métrique (ligne 30 TCL actuelle) et modifie le tramway de Sainte-Foy avec des voies désormais métriques (Fin des travaux le 5 juin 1899). Le FOL raccorde ensuite tous ses réseaux à voies métriques avec le funiculaire Saint-Jean – Saint-Just, équipant celui-ci d’une crémaillère dans le but d’y faire descendre les trains de Francheville et Vaugneray jusqu’en rive droite de la Saône. Ce projet était une sorte d’obsession qui sera fatale à cette compagnie car ce projet ne put jamais être techniquement possible. Le tramway de Sainte-Foy qui, dans un premier temps rejoignait lui aussi la gare haute de Saint-Just, fut raccordé à Saint-Jean (« la gare basse »). Il « grimpait » désormais par l’actuelle montée de Choulans (N7) et d’après les témoignages des anciens, les voyageurs descendaient parfois pour pousser !!!
  • 1899 – Le FOL gère l’autre funiculaire: Saint-Jean – Fourvière (La « ficelle »)
  • 1899 – La section de Vaugneray est alimentée en courant continu de 550 volts. L’alimentation en courant continu 550 Volts s’effectuait grâce à une usine motrice installée près du dépôt de Saint-Just et complétée par une sous-station au Tupinier. Le chemin de fer à vapeur se transforme en ligne de tramway…
  • 1899 – Parution de la carte de France dressée en septembre 1899 par ordre du Ministère de l’Intérieur sur laquelle on peut voir très distinctement en NOIR le tracé de la ligne de chemin de fer Lyon-Saint-Just à Vaugneray d’une part et Lyon-Saint-Just à Mornant par Craponne, Brindas, Messimy, Soucieu, Saint-Laurent d’Agny… d’autre part. Les gares sont indiquées par de petits rectangles noirs.
  • 1899 – En mai 1899, deux nouvelles haltes sont mises en place: celle de La Patelière (Francheville Bel-Air) et celle de Chanconche-les Esguillons sur la commune de Vaugneray.
  • 1900 – Lettre de la Préfecture du Rhône au Maire de Brindas en date du 12 janvier 1900 au sujet des actes de malveillance constatés sur la ligne de chemin de fer depuis quelque temps: TEXTE
  • 1900 – Le FOL revend 2 de ses locomotives 031T-Fives-Lille au Chemin de Fer de La Mure (S.G.L.M.) en janvier 1900: la n° 4 – RHÔNE et la n°6 – CROIX-ROUSSE. La locomotive n°5 – LOIRE est renumérotée n°4 à cette occasion…
  • 1900 – La ligne de funiculaire Saint-Jean – Fourvière est ouverte par le FOL.
  • 1901 – Les ingénieurs du FOL nourrissaient depuis le début de l’exploitation des lignes de l’Ouest Lyonnais une véritable obsession: ils voulaient faire descendre les trains en provenance de Vaugneray et Mornant ainsi que les tramways de Sainte-Foy-lès-Lyon et Francheville directement à Lyon-Saint-Jean par le tunnel du funiculaire afin d’éviter les problèmes de rupture de charge et les attentes fastidieuses à Saint-Just où arrivaient tous ces trains et tramways. C’est dans ce projet que la Compagnie ferme le funiculaire de Saint-Jean à Saint-Just le 28 février 1901 pour l’équiper en ligne à crémaillère dans le but d’y faire descendre les tramways de Sainte-Foy et Francheville . Les travaux sont terminés en mai 1901. Malheureusement, les essais techniques se révèlent trop dangereux avec de forts risques de déraillements… Le FOL ne se remettra jamais vraiment financièrement parlant de cet échec très coûteux ce qui expliquera son rachat par l’OTL et la fusion des deux compagnies début 1911…
  • 1901 – La même année, une compagnie concurrente ouvrit un funiculaire reliant la gare ferroviaire de Saint-Paul à Fourvière où un tramway permettait ensuite sur une voie de 800 mètres de rejoindre le cimetière de Loyasse. Le projet visait à terme à prolonger ce tramway jusqu’à la place de Trion pour prendre la clientèle du FOL. Ce projet ne vit pas le jour et la ligne connut de nombreuses difficultés financières. (Le FOL rachètera le tout en mars 1908.)
  • 19031904 – Deux autres locomotives à vapeur sont mises en service sur les lignes du FOL: des Blanc-Misseron de type 030T (6 roues motrices) de 18 à 24 tonnes à cabine fermée, c’est à dire entièrement carénées comme des tramways. Ces machines fabriquées en 1894 ont été rachetées d’occasion aux Voies Ferrées du Dauphiné: La machine n°13 circulera de 1903 à 1911 et la machine n° 16 circulera de 1904 à 1913.
  • 1906 – Le tramway de Francheville qui ne dépassait pas Francheville le Bas, franchit enfin l’Yzeron pour rejoindre son nouveau terminus à Francheville le haut…
  • 1906 – Le 6 août 1906, la ligne de Vaugneray est prolongée de Vaugneray-gare (Maison-Blanche) à Vaugneray-bourg. Dans un premier temps une navette tirée par une locomotive Blanc-Misseron effectue le trajet « Maison-Blanche – Vaugneray Bourg » en attendant l’électrification de cette portion de ligne. Ensuite, le tramway circulera sur la chaussée, côté droit montant de la RD 50 tout simplement pour terminer le trajet en évitant la rupture de charge due à la navette. Deux haltes (ou arrêts) supplémentaires sont mises en place: « Fontanières » et « Couvent Vieux ».
  • 1907 – La ligne de tramway de Sainte-Foy-lès-Lyon rachetée par le FOL à la TSF en 1898 emprunte désormais la montée de Choulans (N7) pour rejoindre son nouveau terminus au Pont Tilsitt (actuel Pont Bonaparte). Ce nouveau trajet évite donc le détour par Saint-Just depuis le carrefour des « Trois Artichauts » et permet de « soulager » le trafic devenu dense des funiculaires bondés. Elle deviendra la ligne n° 29 OTL puis TCL. (Les tramways de Francheville suivront le même chemin en 1920 ce qui deviendra la ligne n°30 OTL puis TCL…)
  • 1911 – Quelques années après avoir constitué cet ensemble cohérent, la Compagnie du FOL est absorbée par l’OTL (actuellement TCL) le 1er janvier 1911.
  • 1911 – La section de Mornant est à son tour alimentée en courant continu de 550 volts. Les trains sont peu à peu remplacés par des tramways.
  • 1911 – Le 17 août 1911, un incendie détruit le dépôt de Saint-Just.
  • 1913 – Les compagnies se suivent mais les obsessions demeurent: un nouvel essai de descente des tramways par le tunnel du funiculaire est tenté sans succès avec du nouveau matériel. La tentative concernait une motrice « Buire-Francheville » toute neuve accompagnée d’une rame à crémaillère, elle faillit tourner à la catastrophe suite au déraillement de la rame à crémaillère soulevée par le poids de sa charge… Le tramway ne circulera donc jamais entre Saint-Just et Saint-Jean. L’OTL a échoué en 1913 là où le FOL avait échoué en 1901… (Les TCL parviendront enfin à régler ce problème mais il faudra attendre le métro…). Ce nouvel échec explique pourquoi, en 1920, la ligne de Francheville devenue la ligne OTL n°30, rejoindra elle aussi le Pont Tilsitt (actuel pont Bonaparte).
  • 1914 – Le 6 avril 1914, la gare de Messimy est partagée avec la CRL (Compagnie du Chemin de Fer de Rhône et Loire desservant en correspondance Thurins, Rontalon, Saint-Martin-en-Haut, Larajasse et Saint-Symphorien-sur-Coise). Le trafic sera toujours florissant, jusqu’à l’apparition de la concurrence routière.
  • 1920 – La ligne de tramways de Francheville emprunte à son tour la montée de Choulans (N7) pour rejoindre Saint-Jean au Pont Tilsitt (actuel Pont Bonaparte). Désormais, seuls les trains devenus tramways en provenance de Mornant et Vaugneray conservent leur terminus à la gare de Saint-Just…
  • 1923 – La locomotive 031T-Fives-Lille n°1-VAUGNERAY est renommée « LOIRE » à la suite d’une réparation et de la réutilisation des soutes à eau de l’ancienne n°5-LOIRE renumérotée n°4-LOIRE en 1900 puis déclassée…. En fait, les noms de ces locomotives étaient rivés sur les soutes à eau latérales…
  • 1930 – La dernière locomotive à vapeur 031T-Fives-Lille encore en service, la n°2 – « MORNANT » effectue son dernier parcours en « jetant le feu » pour la dernière fois et ainsi il sera mis fin à la traction à vapeur sur les anciennes lignes du FOL. Cette machine au destin mouvementé aura circulé pendant 40 ans sur les lignes de l’Ouest Lyonnais !
  • 1933 – Le crack financier de 1929 est lourd de conséquences pour les petites compagnies, certaines lignes ne sont plus considérées comme rentables, les conséquences ne vont pas tarder à survenir: le 3 avril 1933, la ligne entre Le Tupinier et Mornant est fermée. Le dernier train s’arrête à Mornant avec sans doute une autre raison: la concurrence de la ligne d’autocars Lyon – Mornant par Oullins. Notre chemin de fer de l’Ouest Lyonnais se résume désormais à l’axe Lyon-Saint-Just – Vaugneray qui est maintenu en exploitation et utilisé désormais comme une ligne suburbaine de tramway électrique avec une rotation horaire.
  • 1933 – Pour les mêmes raisons et par voie de conséquence, le 30 juin 1933, c’est au tour de la ligne éphémère de la C.R.L (Chemin de fer de Rhône et Loire – 6 avril 1914 – 30 juin 1933) de Messimy à Saint-Symphorien-sur-Coise de fermer avec la circulation de ses derniers trains désormais privés de la correspondance vers Lyon via la ligne Mornant-Saint-Just que l’ O.T.L. a fermé le 3 avril précédent…
  • 1934 – Menacée à son tour de fermeture, la ligne Lyon-Vaugneray bénéficie d’un sursis sans doute en raison de la guerre de 1939-1945.
  • 1935 – Le raccordement du trafic marchandises vers la gare d’Écully est fermé en juin 1935.
  • 1937 – La ligne entre Le Tupinier et Mornant qui a été fermée en 1933 est démontée. L’exploitation continue sur le tronçon Lyon-Vaugneray. Ce tronçon restera en exploitation jusqu’en 1954.
  • 1954 – La ligne Lyon-Vaugneray ferme à son tour définitivement le 3 novembre 1954, non sans protestations de la part des utilisateurs. Les autocars remplacent désormais les tramways… C’est la fin d’une époque pour les Coteaux du Lyonnais…
  • 1955 – La ligne du F.O.L. est déclassée et déferrée. Il ne subsistera désormais que quelques chemins de randonnée et les vestiges épars des ouvrages d’art, ponts, piles de viaducs, tunnels, culées, etc… avec des empierrements dorés typiques des Monts d’Or…, quelques anciennes gares typiques avec leurs fenêtres cintrées de briques, devenues maisons privées et nos souvenirs…
  • 2004 – Une bonne nouvelle enfin: Le magnifique ouvrage d’art, viaduc en pierre épousant la courbure de l’ancienne voie ferrée, sur le Garon entre Messimy et Soucieu, a été restauré avec la pose d’un nouveau garde-corps tout neuf, ce qui permet de nouveau aux randonneurs et cyclistes d’emprunter cet itinéraire magnifique. Les travaux ont été financés par la COPAMO et la Communauté de communes des Vallons du Lyonnais.
  • 2005 – Un projet de réouverture du tronçon de l’ancienne ligne FOL-OTL (Lyon – Vaugneray) est envisagé. Des études ont été lancées dans cette hypothèse. Mais il est plus probable que ce seront des bus plutôt que des tramways qui emprunteront à nouveau l’emprise de l’ancienne ligne entre La Patelière (Francheville) et la Tourette (Craponne)…
  • 2006 – Le point sur le projet de Liaison Expresse de l’Ouest Lyonnais (LEOL): Dossier SYTRAL
  • 2007 – Une mauvaise nouvelle: Cinquante ans après avoir vu le dernier train circuler depuis Trion en direction de l’Ouest Lyonnais, le viaduc de Tassin (Parking de l’horloge) disparaît. En effet, un permis de démolir le viaduc a été accordé. Reportage
  • 2009 – Des travaux sont entrepris entre l’Etoile d’Alaï et Francheville-Bel Air pour permettre aux transports en commun, notamment aux bus TCL n°73 et 74 qui desservent Brindas (74), Craponne (73 et 74) et Vaugneray (74), de circuler en voie propre ainsi que la ligne 189 départementale. Les travaux ont été terminés au début de 2010. L’étape suivante est l’aménagement de l’ancienne emprise du FOL à la Patelière (Francheville) et à la Tourette (Craponne).
  • 2010 – Une autre mauvaise nouvelle: l’ancienne petite gare FOL de la Demi-Lune vient d’être condamnée par un projet d’urbanisme prévoyant sa disparition prochaine de notre paysage urbain… Un bien mauvais choix pour la sauvegarde des vestiges de notre ligne….
  • 2010 – Le Groupe de Recherches Historiques « Le Vieux BRINDAS » met en circulation le livre « Le petit train de Brindas » qui vient d’être édité…
  • 2010 – Les travaux du « Shunt des Esses » sont terminés et les bus 73, 74 et 189 empruntent désormais cet itinéraire en « site propre » protégé par des barrières automatiques qui s’ouvrent à l’approche des bus.(Voir article du 24 février 2010 de la revue « Ville Rail & Transports »). La prochaine étape consistera à réutiliser l’ancienne emprise de Chemin de Fer de l’Ouest Lyonnais, notamment dans la traversée de Francheville – Bel Air (La Patelière) et de Craponne (La Tourette).
  • 2010 – Le 19 juillet 2010 ont eu lieu des travaux de sondage dans le but de vérifier la solidité du pont de la Patelière (remblayé depuis la disparition du petit train) dans le but d’y faire passer prochainement les bus du SYTRAL aux heures de pointe dans le cadre de la liaison expresse de l’Ouest Lyonnais. Le train serait donc remplacé par des bus… En savoir plus
  • 2011 – Le Conseil Municipal de Francheville a entériné (Vote du 15 décembre 2010) le tracé de la ligne Express de l’Ouest Lyonnais (LEOL) par la Patelière en suivant en partie la plate-forme de l’ancienne ligne de chemin de fer de l’Ouest Lyonnais … En savoir plus
  • 2011 – LEOL vient d’être labellisée par « NKM » (Nathalie Kosciusko-Morizet), ministre de l’Ecologie, du Développement durable, des Transports et du Logement. Une subvention de 1 290 000 €uros a été attribuée au SYTRAL dans le cadre des futurs aménagements de la ligne reliant Gorge de Loup à Vaugneray, qui doit emprunter l’ancienne emprise de la voie ferrée, en site propre… Article « Devant chez vous » n° 66 – Avril 2011
  • 2011 – Juin-Juillet 2011 – Ce que nous craignions est hélas arrivé, ILS ont osé détruire l’adorable ancienne petite gare FOL de la Demi-Lune, qui était située au 15 de l’avenue de Lauterbourg. Il ne leur a pas fallu longtemps pour anéantir à coups de bull ce souvenir de notre cher train !!! Les promoteurs et autres décideurs ont d’autres priorités que nous hélas… En savoir plus
  • 2011 – 17 et 18 septembre 2011 – Journées du Patrimoine consacrées à cette ancienne ligne de chemin de fer en gare de Saint-Just à Lyon-5ème (10h à 18h) et à Craponne avec une ballade sur les traces de l’ancienne ligne le samedi 17 (RV à 13h45) et le dimanche 18 à partir de 14h30 avec une projection prévue sur le train. En savoir plus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Image CAPTCHA

*