Au XIXe, la mutation

Par Gaston Bensan [1984]

Cette rubrique est une retranscription de l’ouvrage « Chronique Brindasienne », édité en 1984 par l’association du Vieux Brindas.

Le changement que l’on discernait dès le début du siècle sera chose faite dans la seconde moitié du XIXe. La vie brindasienne, et partant les mentalités, en sortiront transformées. Le bouleversement sera accéléré par la création de routes nouvelles dans la période 1820-1850 et surtout la liaison réalisée par le Pont Chabrol et Craponne à la grande route de Lyon à Bordeaux.

Ce désenclavement mettait fin à l’isolement séculaire de Brindas. Les effets en furent importants : introduction et développement de nouvelles activités (tissage et blanchissage), maintien sur place de l’excédent de main d’œuvre, augmentation de la population, construction de nombreuses habitations.

Nous pouvons alors avancer cette conclusion : cet isolement n’est-il pas à l’origine et l’explication de la réputation quelque peu moqueuse que l’on fait à Brindas encore de nos jours.


Article précédent :
Article suivant :