Motrices électriques utilisées sur la ligne de chemin de fer de l'ouest lyonnais

Diaporama  -  Motrices BUIRE-VAUGNERAY - Motrices NLT "Chemin de fer" - Motrices MANAGE - Motrices VIERZON  

Les motrices électriques « Buire-Vaugneray » 

Caractéristiques de ces motrices:

Constructeur: Transformation effectuée par les Chantiers de la Buire avec équipement électrique Walker.

Effectif : 4 - N° FOL : 1 A à 4 A - N° OTL : 1201 à 1204

Aspect général : Voitures à voyageurs à plate-formes d’extrémités transformées en motrices

Dimensions :     Longueur : 12 mLargeur : 2,50 m - Hauteur : 3 m 

Historique : Pour exploiter la ligne de Vaugneray en traction électrique, le FOL décide de transformer quatre remorques en motrices. Ce choix  s’explique par les difficultés financières de la Compagnie à cette époque. Ainsi donc, les voitures à voyageurs mixtes 1ère et 2ème classe n°  AbfDf 1 à 4 construites en 1886 par les Ateliers et Chantiers de la Buire à Lyon, sont renvoyées à ces mêmes ateliers à partir de 1898, puis mises en service entre Lyon-Saint-Just et Vaugneray en février 1899.

Les travaux effectués sur ces véhicules sont les suivants :

-         Augmentation de l’espacement entre les boggies qui passe de 5,80 m à 7,40 m.

-         Installation de 4 moteurs Walker 3N800 de 25 ch (18 kW) chacun, contrôlés par 4 controllers (2 par plate-forme reliés grâce à une chaîne Galle)

-         Pose d’une perche de type Goénaga équipée d’une tête de trolley pivotante

-         Modification de l’aménagement intérieur pour augmenter légèrement la capacité (8 places en 1ère classe et 24 places en 2ème classe)

-         La masse des voitures transformées (numérotées 1A à 4A) passe de 9 à 15,4 tonnes et atteint même 16,8 tonnes pour la motrice 2A issue de la voiture AbfDf1 accidentée en 1891 à la Pillardière et reconstruite différemment en 1893 avec un couloir central et des accès latéraux (Cet aménagement sera repris après 1897 lors de la transformation de 2 voitures de 3ème classe. Elles auront alors la désignation de « voiture à galerie » ou type « fanfare ».

A l’origine, les plate-formes de conduites ne sont pas fermées, cet aménagement n’est réalisé que sur la motrice 2A vers 1901.

Vers 1908, la ligne aérienne est placée dans l’axe de la voie ferrée, entraînant le remplacement de la longue perche Goénaga par deux perches plus courtes. 

Grâce à leur robustesse, à leur bonne tenue de voie et leur puissance de 100 ch (72 kW), valeur remarquable pour l’époque, ces 4 motrices assurent un service d’une grande régularité. Fin 1911, ces 4 motrices prennent les numéros 1201 à 1204 dans le parc OTL après la fusion-reprise FOL/OTL. Après 1912, elles sont progressivement remplacées par les motrices ex-NLT transférées du réseau urbain, puis elles sont définitivement garées en 1914 avec la livraison des motrices « Manage » neuves. 

Inutilisées jusqu’en 1922, une nouvelle transformation leur fait retrouver leur usage de remorque pour trois d’entre elles seulement car la motrice 1202 (ex-FOL 2A) est détruite la même année  par un incendie puis ferraillée en 1933. Les trois remorques seront délassées en juin 1951.

Ancienne remorque ABfDf3 transformée en motrice « BUIRE-Vaugneray » réversible (numéro FOL 3A qui deviendra OTL n° 1203  fin 1911) en gare de Vaugneray Maison-Blanche entre 1899 et 1912 … On aperçoit les très longues perches de type « Goénaga »   Les plate-formes de conduite ne sont pas fermées … Seule la motrice n° 2A sera fermée vers 1901.


Les motrices électriques  N.L.T. dites « Chemin de fer » 

Caractéristiques de ces motrices:

Constructeur: Chantiers de la Buire à LYON - Type : NLT à boggies

Effectif : 10 transformées en type « Chemin de fer » sur 35 (Les autres ont été destinées au réseau urbain)

Numéros OTL : 409 – 411 – 414 – 416 – 417 – 418 – 420 – 422 – 426 – 429

Aspect : Voitures avec caisse en bois tôlée et plate-formes fermées équipées de portes d’intercommunication sur chaque face frontale. La caisse repose sur un châssis à deux boggies maximum traction (roues inégales). Livrées après transformation en type « Chemin de fer » :

-         maintien de la livrée d’origine rouge sombre

-         au moins une motrice en livrée « Jaune de Naples » avec filets bleus, (identiques à l’ensemble du matériel voyageurs affecté aux lignes de Vaugneray et Mornant).

Dimensions : Longueur hors-tout : 12,25 m

                      Longueur de la caisse : 11,45 m

                       Largeur : 2,10 m

                       Hauteur de la caisse : 2,50 m

                       Hauteur du rail au lanterneau : 3,55 m

                       Diamètre des roues : 0,80 m et 0,56 m avec essieux espacés de 1,30 m

                       Espacement des pivots des boggies : 6,2 m

Masse :           A vide : 13,8 tonnes - En charge : 18,1 tonnes

Equipements :  2 moteurs General Electric type GE 53 de 42 ch (31 kW)

                        2 controllers B 223

                         Frein à air Westinghouse et frein à vis à 4 sabots

                        Prise de courant par archet puis pantographe

Capacité :         1ère classe : 11 places assises

                        2ème classe : 26 places assises

                        24 places debout sur les plate-formes soit un total de 61 places

Rame tractée par une motrice NLT en livrée « Jaune de Naples » en gare de Soucieu en Jarrest

Historique : Les 10 motrices font partie d’une série de 35 motrices à boggies commandées en 1898 par la Compagnie Lyonnaise de Tramways (C.L.T.) aux Chantiers de la Buire à Lyon (Rue de la Buire).

En juin 1902, la N.C.L.T (Nouvelle Compagnie Lyonnaise de Tramways) se substitue à la C.L.T mais sur les documents non officiels, le sigle employé sera N.L.T..

En janvier 1906, la compagnie OTL absorbe la N.L.T.. Les motrices sont reprises dans la série OTL 401 à 435.

En janvier 1911, la compagnie du FOL est rachetée par l’OTL qui décide alors de transformer plusieurs motrices NLT à boggies pour :

1-     remplacer les motrices BUIRE-Vaugneray

2-     les affecter sur la ligne de Mornant dont l’électrification est décidée dans l’attente de la future commande de motrices neuves de type Manage.

La motrice n° 414 est la première à subir les transformations :

-         allongement des plate-formes de 1,230 m à 1,945 m

-         fermeture des plate-formes par 3 glaces frontales et 3 glaces latérales de part et d’autre de la porte d’accès

-         installation de la porte d’intercommunication entre véhicules (passage du receveur ?)

-         pose d’un tampon central à boisseau, attelage à crochet tendeur

-         Le bandage des roues passe de 60 à 90 mm pour rouler sur rails « Vignole ».

-         Pose d’un archet de type Siemens en remplacement de la perche

-         Diminution de la capacité (61 places), les places debout ne sont conservées que sur les plate-formes

-         Pose d’un phare de toiture et d’un petit feu en haut et à l’avant

-         Installation d’une grosse lampe amovible pour l’éclairage de la voie

-         Installation du frein Westinghouse avec maintien du traditionnel frein à vis actionné à l’aide d’un volant.

En 1912, les motrices transformées n° 409, 411, 416, 417, 418, 420, 422, 426 et 429 sont mises en service.

En 1914, les motrices de type Manage remplacent progressivement les NLT « Chemin de fer ».

En 1918, l’ensemble des motrices NLT « Chemin de fer » sont transférées au dépôt des Culattes à Lyon à l’exception de la 429 qui reste à Saint-Just.

En 1925, cinq unités sont remises en service sur la nouvelle ligne 34 (Cordeliers – Saint-Priest)  après remplacement du pantographe par deux perches (n° 411, 417, 418, 420 et 426).

En 1932, trois motrices n° 414, 416 et 422 sont affectées au dépôt de Fontaines pour service de renfort sur la ligne Lyon – Neuville.

-         Installation de moteurs type DK de 50 ch (37 kW)

-         Pose d’un pantographe en complément des perches

En 1933, la motrice n° 429 est démolie à Saint-Just après avoir été déclassée en 1927

En 1942, la motrice n° 420 est affectée au dépôt de Fontaines en renfort sur la ligne de Lyon à Neuville.

Le 9 septembre 1957, les motrices n° 414, 416, 420 et 422 sont déclassées après suppression du « Train Bleu » Lyon-Neuville le 30 juin précédent.

Le 21 janvier 1958, la motrice n° 422 est la seule à être préservée en étant transférée au musée de l’AMTUIR à Paris : photo ci-dessous

Photo : Motrice électrique NLT type « Chemin de fer » n° 422

Construite par les Chantiers de la Buire en 1898 – 1899 pour la Compagnie Lyonnaise de Tramways, elle a été mise en service sur les lignes de l’ouest lyonnais par l’O.T.L. (ex FOL) de 1912 à 1918 puis sur la ligne Lyon-Neuville (« Le Train bleu ») de 1932 à 1957 - Retirée du réseau le 30 juin 1957 lors de fermeture du « train bleu » Lyon-Neuville. Offerte par les Transports en Commun de la Région Lyonnaise (TCRL), la motrice no 422 est entrée au Musée des Transports AMTUIR le 13 février 1958.


Les motrices électriques  « MANAGE »

 Caractéristiques de ces motrices:

Constructeur: Ateliers « La Construction » à Manage (Belgique)

Effectif : 10 motrices - Numéros OTL : 1211 à 1220

Aspect général : voitures fermées avec caisse constituée dans sa partie inférieure par des lames de teck, reposant sur un châssis à deux boggies (cabines couleur brun Victoria).

Dimensions :   Longueur hors-tout : 13,49 m

                       Longueur de la caisse : 9,59 m

                       Largeur : 2,10 m

                       Hauteur de la caisse : 2,40 m

                       Hauteur du rail au lanterneau : 3,50 m

                      Diamètre des roues : 0,87 m

Masse :           à vide : 24 tonnes - en charge : 28 tonnes

Equipements mécaniques :

                            4 moteurs Westinghouse (644JX) de 50 ch (37 kW) commandés par deux controllers type T4S

                      Frein à air Westinghouse + frein électrique + frein à vis

                      Prise de courant par pantographe central

                      Porte d’intercommunication sur chaque face frontale de la motrice

Capacité :       1ère classe : 9 places assises

                       2ème classe : 30 places assises

                       6 places debout sur la plate-forme de conduite

                       8 places debout sur la plate-forme opposé

                        Total : 53 places (Capacité ramenée ultérieurement à 47 places, la plate-forme étant alors exclusivement réservée au wattman.) 

Historique : L’arrêté préfectoral autorisant la commande de 10 motrices électriques à voie métrique ( n° 1211 à 1220) pour les lignes de Vaugneray et Mornant a été signé le 25 juillet 1913. 

Ces dix motrices seront mises en service en 1914. Les 3 dernières motrices (1217, 1219 et 1220) ont quitté le territoire belge la veille de la déclaration de guerre…

Septembre 1914 - Transfert des motrices n°1214 et 1217 au dépôt « Alsace »

- Transfert de la motrice n°1215 au dépôt « Parmentier »

27 février 1915 - Autorisation officielle (et tardive !) de mise en circulation des motrices «Manage» à voie métrique.

13 juillet 1916 - Collision de la motrice 1213 avec le tracteur 1492 entre St-Laurent-d'Agny et Mornant. Les véhicules accidentés seront rapidement remis en état.

1918 - Retour de la motrice n°1215 au dépôt St-Just

1920 - Retour des motrices n°1214 et 1217 au dépôt St-Just (les 10 motrices sont équipées du chauffage électrique sous le plancher).

15 juin 1935 - Suite à la suppression de la voie ferrée entre le Tupinier et Mornant, les motrices «Manage» sont limitées au seul parcours Lyon - St-Just – Vaugneray.

17 juillet 1935 - La motrice n°1216 heurte violemment le butoir de la gare de St-Just. Elle ne sera pas réparée.

8 septembre 1939 - Les motrices n°1212 et 1217 endommagées à la suite d'un télescopage frontal entre La Tourette et Craponne ne seront pas réparées.

3 août 1940 - Les motrices n°1214 et 1219 sont endommagées suite à un télescopage frontal entre Les Massues et la Demi-Lune. Seule, la 1219 sera remise en service après réparations.

19 octobre 1940 - La motrice n°2058 (*), transformée à voie métrique, est transférée au dépôt St-Just. Cette transformation s'avère indispensable pour reconstituer l'effectif des « Manage » réduit à cinq unités compte tenu que sur les cinq motrices accidentées, une seule a été réparée et une doit être transférée à Fontaines.

Modifications effectuées lors de la transformation à voie métrique :

-  surélévation des tampons et des attelages,

-  modification de l'éclairage extérieur,

-  mise en place d'un avertisseur sonore à deux tons,

-  suppression des deux perches et pose d'un pantographe à deux palettes en remplacement de celui d'origine à simple trotteur,

-  pose des boggies à voie étroite récupérés sur les motrices accidentées.

31 octobre 1940 - La motrice n°1211 est transférée aux ateliers de la rue d'Alsace pour révision générale et transformation pour la traction des trains de déblais du tunnel de la Croix-Rousse. Affectée au dépôt de Fontaines début décembre 1940, elle ne reviendra plus à St-Just.

20 novembre 1940 - La motrice n°2059 (*), transformée à voie métrique, est transférée au dépôt de St-Just. (modification identiques à la 2058)

2 avril 1949 - La motrice n°1220 est repeinte en livrée rouge et crème. Les autres « Manage », ainsi que toutes les voitures à voyageurs, recevront cette même livrée au cours des mois suivants.

Juin 1951- Déclassement des quatre motrices accidentées non réparées : n°1212, 1214, 1216 et 1217

Juillet 1952 - Démolition des motrices déclassées l'année précédente

Décembre 1954 - Déclassement des motrices : 1213, 1215, 1218,1219, 1220, 2058 et 2059 et de la 1211 garée à Fontaines

Juin 1955 - Démolition des motrices déclassées l'année précédente

 

Ci-dessus : boggie de motrice Manage avec les 2 moteurs Westinghouse de 50 chevaux (Puissance de 200 chevaux pour la motrice)


Les motrices électriques « VIERZON à boggies »

Ces motrices ont été très peu utilisées sur la ligne Saint-Just-Mornant ou Saint-Just-Vaugneray, peu puissantes, elles ont surtout servi sur le petit tronçon qui a desservi la place de la Demi-Lune (en service d'avril 1900 à juin 1901 seulement !). On les utilisait également pour tracter le wagon d'inspection et de réparation des lignes aériennes comme sur la vue prise à la bifurcation du Tupinier ci-dessous:

La motrice électrique  Vierzon n° 4  stationne à la bifurcation du Tupinier (vers 1900) avec un wagon d’inspection de la ligne aérienne.

Certaines ont subi des modifications pour être utilisées sur le plan incliné du funiculaire de Saint-Just (Voir historique plus bas...)

Caractéristiques de ces motrices: 

Constructeur: Société de Construction de matériel de Transport Hanquet-Aufort installée à Vierzon (Cher) sous-traitant de la société américaine Westinghouse et fournisseur de la Compagnie Générale de Traction. 

Effectif :                    5 motrices - Numéros FOL : 1 à 5 - Numéros OTL :1051 et 1052 

Aspect général :      Motrices à boggies avec caisse en bois (partie basse tôlée) fortement galbée, équipée de 2 lanterneaux

Plate-Forme centrale équipée de 2 cabines de conduite fermées aux extrémités 

Dimensions :             Longueur de la caisse :        11 m

                                    Largeur :                             2 m aux marchepieds de la porte centrale

                                    Hauteur :                        3,50 m avec lanterneau

Masse :                      9,4 tonnes 

Equipements mécaniques :  

Motorisation :           2 moteurs de 35 ch (26 kW) Walker  55N1200

                                 2 boggies « maximum traction » à roues inégales

                                 diamètres des roues : 0,92 m et 0,58 m

                                 Prise de courant avec une seule perche type « Goénaga »

Capacité :                10 places assises en première classe

                                  4 places assises en 2ème classe, 26 places debout dans le compartiment et 20 places debout sur la plate-forme centrale.

Capacité totale :        60 places 

Historique :  

1898 - Commande par la Cie. F.O.L. de 5 motrices à boggies. Ces motrices sont destinées à être affectées à la future ligne Lyon (rue Grolée) – Francheville transitant entre St-Jean et St-Just par le plan incliné du funiculaire. Il est prévu que les « Vierzon » soient « tractionnées » à la montée et retenues à la descente par les locomotives « S.L.M. >> à crémaillère. 

1900 - Mise en service des motrices - Affectation provisoire au service partiel St-Just - Place de la Demi-Lune. 

Juin 1901 - Essai infructueux de circulation sur le plan incliné du funiculaire. 

Septembre 1901 - Transformation en urgence des motrices n°1, 3, 5 en remorques pour circulation sur le plan incliné avec montage d'une roue dentée destinée au freinage. Attelées aux locomotives S.L.M. elles constituent les 3 rames « voyageurs » de la crémaillère. Les motrices n°2 et 4 sont affectées aux services partiels St-Just - Craponne mais restent peu utilisées du fait de leur faible puissance et d'un freinage insuffisant. 

Janvier 1911 - Motrices reprises au parc de la Cie. O.T.L. : n°1051 et 1052. La 1052 sera principalement utilisée pour l'entretien de la voie et des lignes aériennes. Remorques reprises au parc de la Cie. O.T.L. : série 1501 à 1503.

Mars 1923 - La motrice n°1051 (ex-F.O.L. n°2), inutilisée depuis plusieurs années, est transformée en remorque à crémaillère et prend le n°1503 en remplacement du véhicule détruit lors de l'incendie du dépôt de St-Just le 17/08/1911. 

1933 - Déclassement puis démolition de la motrice 1052 (ex-F.O.L. n°4) au dépôt des Culattes en 1936.


Voir Matériel Roulant sur notre ligne de chemin de fer FOL - OTL en 1914


Retour HAUT page  Retour TRAIN